Le groupe Zanzibar

Pendant les années 60, la tension sociale monta jusqu’à atteindre son paroxysme en 1968.
Les membres du futur groupe Zanzibar se rencontrèrent à l’occasion du Festival du Jeune Cinéma de Hyères : Alain Jouffroy, Philippe Garrel, Daniel Pommereulle, Bernadette Lafont, Patrick Deval, Jackie Raynal, Michel Fournier, Serge Bard, etc. Ils accédèrent à une grande qualité matérielle grâce aux aides de Sylvina Boissonade, riche héritière. Des acteurs jeunes, beaux et brillants, furent mis en scène, et les membres du groupe interchangeaient leurs rôles sur les tournages, étant tour à tour acteur, technicien ou réalisateur. L’individu s’effaçait derrière le groupe, rompant avec la notion de film d’auteur, et l’objectif devint social, et non plus de l’ordre du divertissement ou de l’art. Actes révolutionnaires, les films n’étaient pas faits pour durer et après la dissolution du groupe en 1970, il ne resta donc presque plus de traces de leur travail. Par son engagement politique et sa prise de position esthétique, le groupe Zanzibar appartient bien à un renouveau du cinéma expérimental, bien qu’il soit resté isolé et éphémère.