un film de Rodolphe Cobetto-Caravanes
& Frédéric Lemaître sous le nom de FIASCO

2003-2009
Super-8 Noir & blanc
joué d'abord sous forme de cinéconcert entre 2006 & 2008,
maintenant diffusé en numérique,
37 minutes.

Avec Eugénie Alquezar, Lou Castel, Karine Gonzales, Élise Hiver, Émilie Maury, Christophe Morand, Élodie Jane, Mélanie Mary, Clémence Bonnet, Émilie Cauquy, Angelica Cuevas, Mad Krzynowek, Émilie Lamoine, Brigitte Pistol, Anne Sorentino & la voix de Peter K.

Scénario & images : Fiasco
Lumières : Fiasco & Nicolas Perge assistés de Christophe Morand
Montage & effets spéciaux : Rodolphe Cobetto-Caravanes
Développement rush : Dominik Lange
Musique : Fiasco produit par David Bart au studios d'Orange Bricklane
Télécinéma : Hélène Sonneville à Ramses 2
Tourné à New-York, San Francisco & Paris entre janvier 2004 & février 2006.

Remerciement :
Toutes les actrices et les acteurs pour leur patience.
Élodie Jane pour tous ses petits coups de main (et de pied) toujours bienvenus.
Benoît Lesieux pour nous avoir prêté "son" poste R.
Stéphane Marti pour ses lumières.
Chaab Mahmoud pour les siennes.
Stéfani de Loppinot pour les galettes.
Ainsi que le Studio Galande & Ray Bradbury.

©RodEo & Laudanum 2009


Extrait de l'article de Raphaël BASSAN sur la Compétition Experimentale du FESTIVAL COTE COURT 2007
pour le site Objectif Cinéma :
"Formes, images, sons se mêlent de manière très attachante dans le lyrique et énigmatique Radio City One de Rodolphe Cobetto-Caravanes et Frédéric Lemaître. Le film est construit comme une liturgie de mythes et de pratiques urbains. Dans une hypothétique nuit américaine, d’énigmatiques déesses sorties des suburbs tournent autour d’un ange-démon à la blonde crinière : compagnes, amantes, modèles, voyeuses, sorcières, elles apparaissent et disparaissent sans crier gare, tandis que s’égrènent, dans un sombre no man’s land, les psalmodies d’un vieux gourou. Le film louvoie toujours avec brio entre langage codé et visées documentaires, convoquant au passage les serials de Louis Feuillade, les ombres solitaires et nocturnes de Echoes of Silence de Peter Emanuel Goldman (1964) ou, plus directement, Halloween Queen 3 de Sothean Nhieim (2002) et ses jeux avec les codes des films de genre, récemment programmé par Braquage".


 

 

 

 

 


L’aventure commence véritablement à la fin de l'année 2003, Lemaître a appris la basse, Caravanes est revenu à la guitare et le mélange prend.
Ils commencent à tourner à New York dès janvier 2004 ce qui s’appellera beaucoup plus tard Radio city one. Car ce premier film se construit par petites touches ou comme un puzzle dont ils auraient perdu la boîte : à la manière d’un work in progress, la musique inspire les images qui inspirent la musique en retour, mais aussi d'autres images, etc…
Le tournage se prolonge donc jusqu’en mars 2006. Différents montages suivront, affectant encore la musique, jusqu’à ce que le duo trouve l’équilibre qu’il recherchait…deux ans plus tard.Le point de départ de ce film tenait en une ligne (qui pourrait être celle-ci : "En une nuit, des filles se croisent et se décroisent dans une ville qui ressemble à New York") mais en plus de 3 ans de work in progress acharné, le "scénario" s'est sérieusement étoffé, même s'il n'est pas immédiatement visible au regard de l'actuel résultat. Ce n'est pas le but.

Car Frédéric Lemaître&Rodolphe Cobetto-Caravanes évoluent depuis longtemps à la lisière du cinéma expérimental, dans ce que l'on pourrait appeler "la fiction déstructurée". C'est une des choses qui les a réunis. Les films de Lemaître évoluent plus dans un univers emprunt de poésie, ceux de Caravanes dans un univers plus graphique. Radio city one est l'union des deux.
Ce film a été tourné entièrement en Super-8 Noir & blanc dont le grain accentue l'ambiance mystérieuse des images. Il a été conçu dans l'idée que le son soit recréé en direct lors de sa diffusion. FIASCO mixe le son des villes, les ondes radio et les instruments pour peaufiner cette ambiance sombre, urbaine et éthérée qui emmène le spectateur dans un monde parallèle.