Mercredi 2 novembre 2011 à 17h

"Cela s'appelle l'aurore". Hypothèse(s) sur l’histoire du cinéma selon Jean-Luc Godard, par Jennifer Verraes
Projection : Moments choisis des Histoires du cinéma (2004, 85’) de Jean-Luc Godard.

"... Comment cela s'appelle-t-il, quand le jour se lève, comme aujourd'hui, et que tout est gâché, que tout est saccagé, et que l'air pourtant se respire, et qu'on a tout perdu ...? Cela porte un très beau nom (...) Cela s'appelle l'aurore."
Le film Prénom Carmen s'achève sur ces mots que Godard emprunte à Electre. La formule donne également son titre à un fragment de Barthes sur Michelet. L’aurore – thème micheletiste, benjaminien et nietzschéen – est une image possible de la vision et de la méthode de Godard historien. Une méthode conçue au croisement des influences de Jules Michelet, de Friedrich Nietzsche et de Walter Benjamin mais aussi d’André Malraux, d’Elie Faure et de Fernand Braudel : un montage de thèses sur l’histoire en général (et sur l’histoire du cinéma, en particulier) que quelques « moments choisis » dans sa filmographie viendront éclairer.

Jennifer Verraes est enseignante (Université Paris 3) et traductrice.

 

 Mardi 6 décembre 2011 à 17h

Autour de Malcolm Le Grice, professeur et directeur de recherche au Saint Martins College of Art and Design à Londres, membre fondateur de la London Film-maker’s Cooperative et cinéaste moderniste. Présentation de ses films, en écho à son exposition à l’espace Gantner à Boulogne et à son invitation au festival Entrevues à Belfort.

Mardi 7 février 2012 à 17h

Autour de Free Radicals: A History of experimental film de Pip Chodorov
Projection du film (2010, 90 minutes).
Quelle place accorde-t-on au cinéma expérimental ? Il est souvent relégué dans un no man’s land, exclu du marché de l’art et ignoré de celui du cinéma commercial.

Mardi 13 mars 2012 à 17h
Conférence : Guy Maddin et la résurrection du cinéma archaïque par Francesca Veneziano.
Autour des films de Guy Maddin (en sa présence, sous réserve)

Cycle : Le cinéma réinventé

A l’initiative de Braquage, l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris (ENSB-A) invite des intervenants, chercheurs, cinéastes, plasticiens à venir parler leur approche de certains cinéastes dont l’œuvre est liée à la relecture de l’histoire du cinéma. Par le biais du found footage, de la reprise, de l’éloge, ses cinéastes présentés ont chacun développés une pensée historique sur les outils et l’esthétique du cinéma. Pour les intervenants conviés à l’École, l’idée n’est pas de donner des cours de cinéma, mais de développer une pensée par rapport aux œuvres présentées lors de ses séances. Les intervenants sont invités à s’emparer des œuvres choisies, pour les questionner, les faire résonner avec d’autres artistes, d’autres films, et à articuler une lecture autour des interrogations liées à l’histoire du cinéma et aux propositions que font des artistes pour relire cette histoire.

École des Beaux-Arts de Paris > 14 Rue Bonaparte > Paris > M° Saint-Germain des Prés > Entrée libre