Studio Galande
> 42 Rue Galande > Paris

M° Maubert Mutualité, Saint-Michel, Cluny-la-Sorbonne
Gares Vélib' à proximité
> Entrée : 6€

Sensitive = Cinéma + musique live
Les soirées SENSITIVE sont des performances cinématographiques.
Souvent renouvelables, souvent renouvelées elles sont organisées par Braquage au Studio Galande depuis 2004.

Sensitives passées :
SENSITIVE #15 > VA, REGARDE > 3 films de Philippe COTE accompagnés en direct par Bérangère MAXIMIN (featuring Sacha GATTINO)
SENSITIVE #14 > LA COQUILLE ET LE CLERGYMAN (un film de Germaine DULAC accompagné live par Pascal BATTUS & Aidje TAFIAL)
SENSITIVE#13 > AD LIBITUM DUO (Laure Sainte-Rose & Christophe Auger)
SENSITIVE#12 > SCORIES (Carole Arcega & isabelle de Mullenheim)
SENSITIVE #11 > UNE PROJECTION (Sébastien Ronceray, Ghislaine Lassiaz, Sophie Amiard & Glenn Marzin)
SENSITIVE #10 > LA JUKE FILM BOXE (Gaëlle Rouard)
SENSITIVE#9 > BURSTSCRATCH : LE POINT AVEUGLE (S. Simon, L. Barbier & L. Berger)
SENSITIVE#8 > DE UN VASTISIMO MAR (Y. Urruzola, S. Canapa, J. Rodriguez & J. Tarride)
SENSITIVE #7 > ANACONDA PROJECT (David Bart & Nicolas Reverter)
SENSITIVE #6 > JENNIFER REEVES + GAËL ASCAL
SENSITIVE #5 > RADIO CITY ONE, cinéconcert de FIASCO (R.Cobetto-Caravanes & F. Lemaître)
SENSITIVE #4 > HALLOWEEN QUEEN LIVE (S. Nhieim + S. Beliah, S. Picard, Y. Lopes & T. Funky Walter)
SENSITIVE #3 > HELGA FANDERL : PETITE MUSIQUE POUR PROJECTEUR
SENSITIVE #2 > WARning par le collectif NOMINOË (N. Berthelot, A. Constantin, S. Courcy & E. Lefrant)
SENSITIVE #1 > CATHERINE BAREAU + BAHARÉ KHADJÉ-NOURI + DIDJÈ PLATIPUS

lundi 8 & jeudi 11 mars 2010 à 20h30
SENSITIVE #16 >
PERFORMANCE IMPROVISÉE (deux fois)
Thibault Walter (projection)
+ Arnaud Rivière (son)

Un projecteur 16mm,  une mixette, une platine, pas faits pour marcher comme ça, mais qui veulent bien le faire, enfin jusqu'à un certain point, après il faut négocier.

Une perceuse, des morceaux de métal, de la peinture liquide, des pédales d'effet, des disques et des films trouvés ça et là, en plus ou moins mauvais état, qui s'en mêlent.

Chez Arnaud Rivière et Thibault Walter, il y a un même goût pour l'accident, pour la perte de contrôle, pour la contrainte ; leurs “machines”, constamment brutalisées, imposent leur rythme, leurs ruptures, et deviennent peu à peu incontrôlables. L’improvisation naît de l’urgence et du danger apportés par la fragilité de l'équilibre, ainsi que la richesse infinie des images et des sons ainsi créés.

C'est un duo post-post-post-industriel, en somme.